CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

jeudi 28 juin 2012

Devoirs et leçons

Je n'ai jamais été une enseignante qui crois fermement que les devoirs sont importants... Les élèves qui ont de la facilité à l'école ne sont pas vraiment concernés par cette conviction pédagogique. Ils font leurs devoirs et leçons avec un niveau d'aisance qui ne les gêne en rien. En fait, pour ces élèves, les devoirs et leçons ont de bénéfique qu'ils inculquent un sens des responsabilités et de discipline.


Pour les élèves en difficulté ou pour qui la période de devoirs et leçons devient un cauchemar familial, je ne crois pas que la pression créée par ce rituel soit nécessaire. Un élève en difficulté d'apprentissages a besoin de répétition pour favoriser son apprentissage, je suis bien d'accord, mais s'il en coûte son plaisir d'apprendre et/ou des relations familiales harmonieuses, je pense que c'est cher payé!

D'abord, j'ai toujours indiqué aux parents qu'après 20 minutes, pour moi, la période de devoirs et leçons est terminée, sauf bien sûr si l'enfant est en mesure de continuer... Donc, après 20 minutes, fini pas fini, on ferme tout et on remet à demain! Pour les familles qui ont trois enfants, cela représente 60 minutes chaque soir... en plus des activités parascolaires ou des activités familiales, qui ont aussi leur importance!

Ensuite, je mets l'emphase sur les leçons et sur la lecture. Donc, ce que je demande aux élèves tourne autour des faits numériques à savoir (les tables), des mots à savoir écrire et/ou des verbes à conjuguer. Je mentionne ici que je différencie les leçons demandées en fonction des élèves. En plus de cela, je demande aux élèves de prendre l'habitude de lire chaque soir. J'ai même opté pour de la lecture personnelle. J'enseigne déjà aux enfants à se choisir des livres à leur pointure. Que leur lecture quotidienne soit un moment de plaisir et de détente, même si cela fait partie des devoirs et leçons, n'est aucunement un problème dans ma conscience professionnelle! Il est possible de faire remplir un carnet de lecture laissant des traces de ce que les élèves ont lu à la maison...

Pour ce qui en est des devoirs, j'en suis venue à fournir aux parents une liste de suggestions. J'ai expliqué, tant aux élèves qu'aux parents, que cette liste est en quelque sorte facultative. S'il est important pour eux d'avoir la discipline de prendre l'habitude de faire des devoirs, ou que leur enfant est motivé, il est possible de choisir un projet qui sera fait à leur rythme et qui convient aux besoins de l'enfant. Par exemple: préparer une présentation qui apprendra quelque chose au groupe (animaux, sport, science, personnage marquant...), inventer un jeu de société, écrire des phrases de qualité en appliquant le code de correction, rédiger un court texte cohérent et précis sur un sujet de leur choix, recommander un livre qu'ils ont particulièrement aimé en le présentant au groupe (résumé, lire un extrait, expliquer en quoi c'est un bon livre...), faire une recette où l'enfant prend en charge la lecture des étapes à suivre, jouer à des jeux éducatifs (jeux de cartes, de logique, de mots, à l'ordinateur, etc.), réaliser une peinture ou autre oeuvre plastique... Je ne vérifie pas qui fait quoi et en combien de temps. Quand l'élève est prêt à rapporter les fruits de son travail à l'école, il prend rendez-vous avec moi pour que je planifie un moment de classe réservé à la présentation de sa réalisation.

*Il est à noter que je me réserve toujours le droit d'exiger qu'un travail fait en classe soit terminé à la maison!

Jusqu'à maintenant, cette manière de vivre les devoirs et leçons a été appréciée par les élèves et leurs familles. La pression est moins grande pour eux. Comme les enfants réalisent leur projet à leur rythme et en fonction de leurs besoins et intérêts, ils ne sont pas ensevelis! Les compétences transversales sont mises à profit (organiser son travail, exercer son jugement critique, savoir communiquer, travailler en équipe). J'irais jusqu'à dire que l'estime de soi peut se développer dans un contexte où l'enfant est fier de sa réalisation. Honnêtement, comme enseignante, j'ai souvent été impressionnée par les réalisations des élèves!

Ma conviction: éviter que la période de devoirs et leçons soit un fardeau pour les élèves et leurs familles est important. Aussi, différencier les devoirs et leçons est primordial, surtout pour les élèves en difficulté et les élèves qui dépassent ce qu'on attend d'eux. Ainsi, chacun travaille dans sa zone de développement!

6 commentaires:

  1. Je te rejoins également sur ce point!

    Cette année, ma collègue et moi avons eu cette réflexion ensemble. Nous en sommes venues à la même conclusion que toi. C'est ainsi que nous donnerons aussi des leçons, mais que les devoirs seront ponctuels sous forme de mission lorsque certains projets de classe le demanderont.

    Nous sommes convaincues que nous gagnerons du temps de qualité en classe et que nous pourrons le réinvestir efficacement auprès de nos élèves!

    À bientôt,

    zazou468

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, c'est écrit où qu'on est obligées d'en donner?!! Si ça ne nuit pas aux apprentissages et qu'on gagne tous en qualité de vie...
      M-Eve

      Supprimer
  2. je suis d'accord avec vous vis à vis des devoirs passant énormément de temps sur ceux de mon fils le soir et après la classe, j'avoue que je manque de patience.
    J'ai donc allegé les devoirs dans ma classe beaucoup moins d'exercices ecrits mais niveau des leçons en histoire, géographie et sciences je ne vois pas comment ne pas en donner à apprendre en fait.
    Comment faites-vous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Spiky 23,

      En sciences et techno ainsi qu'en univers social (géo et histoire) tout se vit en classe. Au Québec (je me trompe ou tu n'es pas Québécoise?), les programmes de ces deux domaines sont conçus pour que nous passions en moyenne une heure par semaine. Aussi, le programme axe sur le dévelopement de compétences, tout en utilisant les connaisances liées. Je travaille donc beaucoup plus par compétences que par connaissances ou par objectifs... Suite aux tâches vécues, au travers desquelles je m'assure que les élèves auront aussi compris les connaissances concernées, je peux vérifier ce qu'ils ont retenu au niveau plus factuel.

      Par exemple, en sciences, suite à une expérience vécue et expliquée sur l'alternance du jour et de la nuit (avec une lampe représentant le soleil, un globe terrestre qui tourne sur lui-même représentant la Terre, les élèves ont manipulé et vu le phénomène), je suis maintenant en mesure de leur poser des questions de connaissances pour vérifier s'ils ont retenu que le soleil ne bouge pas, que la Terre tourne sur elle-même, qu'on appelle ça la rotation de la Terre, s'ils sont capables d'expliquer que ce n'est pas le jour en même temps partout sur la Terre... En ayant manipulé et observé le phénomène, la majorité des élèves ont bien compris et je n'ai pas besoin de leur faire apprendre les connaissances en leçons.

      De toute façon, si j'observe dans ma classe que le besoin s'en fait sentir à un moment x, je ne me questionne pas plus loin sur mon principe et j'en demande en leçons... Ma première priorité est de faire des choix pédagogiques en fonction des besoins de mes élèves! Je répète ici que si tu n'es pas au Québec, il se peut que le programme te permette plus difficilement cette manière de faire... je ne sais pas...

      Merci pour ta question! Si tu en as d'autres, il n'y a pas de gêne!
      M-Eve

      Supprimer
  3. je te rejoins complètement... ici les journées des enfants sont très longues : dès 3 ans, c'est de 8h30 à 16h30 à l'école ! Par exemple, ma fille, dont l'école ne commence pourtant qu'à 9h, est levée le matin à 6h30 par mes soins, car pas le choix, et on ne rentre que vers 17h30 au mieux (si aucun rv, pas de courses, etc.). Elle n'a que 4 ans, alors je n'imagine pas ajouter ensuite encore des devoirs. Pour mes grands élèves de 13/14/15 ans, c'est pareil. L'école n'est pas adaptée à leur rythme biologique d'ado, ils partent de chez eux pendant plus de 10 h, sont déjà en très g rande difficulté, à quoi servirait d'en rajouter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Sagebooker,

      Je pense même que d'en ajouter serait en fait très nocif pour leur motivation et leur persévérance. C'est bien beau d'être discipliné, mais trop c'est comme pas assez. Trop de discipline et pas de plaisir, ce n'est pas vraiment une qualité de vie!!!

      Merci pour ton commentaire!
      M-Eve

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...