CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

mercredi 4 juillet 2012

Flexible interviewing in the classroom (FIC) (1)

Cet ouvrage a été publié en 1998. Il est "vieux" et en anglais, mais je le trouve pertinent dans mon cheminement professionnel du moment! Aussi, je ne réussis pas à trouver le lien officiel de ce volume ou encore de la maison d'éditions... Désolée!

Comme il est en anglais, j'en ferai un résumé plus costaud qu'à l'habitude de manière à rendre l'essence accessible aux lecteurs francophones de ce blogue. Il est à noter que je résume dans mes mots (traduits) MA compréhension de l'ouvrage.

D'abord, un sorvol rapide du contenu.
Chapitre 1: Les auteurs présentent ce qu'est l'entretien dans une classe et citent des arguments en faveur de l'utilisation de ce dispositif d'enseignement-évaluation.
Chapitre 2: Un environnement de classe favorable aux discussions est créé dans la classe par une pratique guidée. Des problèmes sont proposés au groupe-classe et chaque étape est discutée en groupe. Ainsi, on montre aux élèves à parler de leur raisonnement mathématique.
Chapitre 3: Les auteurs détaillent différents contextes d'entretiens individuels (sur lesquels je m'attarderai dans un prochain article sur le sujet).
Chapitre 4: Entretiens avec quelques élèves au tableau (modèles de stratégies) et entretien avec la classe où tous les élèves travaillent sur le même problème ensemble.
Chapitre 5: Amener les élèves à s'interviewer les uns les autres.
Chapitre 6: Le chapitre 6 est un genre de pense-bête... de 21 pages... Après avoir détaillé différents contextes d'entretiens mathématiques en classe et les avoir illustrés par des exemples concrets de dialogues entre enseignants et élèves, les auteurs reprennent les points à retenir. Ils sont expliqués de manière plus théorique et résumée que dans les chapitres précédants.
Chapitre 7: Ce chapitre contient une banque de suggestions de problèmes à présenter aux élèves lors d'entretiens en fonction du savoir à observer. Les concepts mathématiques sont tour à tour explorés (sens et écriture des nombres, opérations sur des nombres, nombres premiers, facteurs de nombres, fractions, pourcentages, nombres décimaux, géométrie)
Chapitre 8: Le dernier chapitre contient des témoignages d'enseignants qui se sont convertis au principe des entretiens dans leur classe.

L'essence de ce qu'est un entretien en maths:
Encore une fois, c'est dans mes mots et j'ai traduit librement... Je veux aussi spécifier que quand je parle de raisonnement mathématique ou de résoudre un problème, je ne fais pas appel aux compétences du programme de formation. J'ai traduit "mathematical thinking" (raisonnement mathématique) et "solve a problem" (résoudre un problème).

L'essence d'un entretien en mathématiques est de s'attarder au raisonnement mathématique de l'élève. L'accent est donc mis sur les processus et stratégies que l'élève emploie pour trouver une solution à un problème mathématique. On questionne autant une bonne réponse qu'une erreur. En contexte d'entretien, l'important n'est pas de savoir si l'élève a ou non la bonne réponse, mais de voir si sa compréhension et son raisonnement mathématique sont solides. Un élève qui a fait une erreur peut très bien avoir compris le sens du problème ou encore du concept mathématique (erreur d'inattention, erreur de calcul...). Un autre élève qui arrive à une bonne réponse peut aussi avoir une faible compréhension du concept ou processus mathématique en question (36-15=21. L'élève peut avoir soustrait les dizaines en premier. Quand viendra le temps de faire des soustractions avec emprut, la base ne sera pas solide...).

L'enseignant doit s'habileter à poser des questions ouvertes pertinentes de manière à amener l'élève à expliquer son raisonnement. On veut tenter de comprendre comment l'élève pense, réfléchit. On doit donc l'amener à nous le montrer (par du matériel de manipulation ou des traces écrites des démarches) ou à nous le dire. Dans ce sens, on ne mentionne pas toujours à l'élève si sa réponse est bonne ou mauvaise lors d'un entretien (en fonction de notre intention pédagogique). L'accent est vraiment mis sur le processus. Selon son jugement pédagogique, l'enseignant peur s'en tenir à observer l'élève et noter ses besoins spécifiques pour y revenir avec un autre entretien ou une leçon un peu plus tard ou encore guider l'élève vers une réflexion qui l'amènera à voir par lui-même son erreur et à la corriger.

Une des clés pour un entretien efficace est d'écouter et d'éviter de trop parler. On veut vraiment voir ce que l'élève fait devant un problème mathématique. On veut aussi éviter de formuler pour lui. Bien entendu, il est possible, même recommandé, de pister un élève qui est bloqué, mais on le fait en se gardant bien de mettre des réponses dans la bouche de l'élève.

Il se peut que ce soit un peu flou pour le moment... J'ai d'autres articles sur le sujet qui seront publiés sous peu. Celui-ci est rédigé dans un esprit d'introduction! Cependant, s'il soulève des questions, elles seront les bienvenues!
*Pour les articles suivants, le titre contiendra "FIC" pour flexible interviewing in the classroom
à suivre...

2 commentaires:

  1. C'est exactement dans cet esprit que j'amorce mes changements en classe.

    Durant mes derniers mois d'école, je faisais plus souvent des échanges collectives sur les stratégies et les processus. Les élèves adoraient expliquer comment ils avaient fait même si leur démarche comportait des erreurs. Les autres élèves aimaient questionner, commenter et même avouer qu'ils venaient de découvrir une nouvelle stratégie.

    Je suis impatiente de découvrir la suite et tu me donnes envie d'aller dénicher ce livre que je devrais bien retrouver à la bibliothèque de l'UdM...

    Merci encore pour ce partage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, c'est l'esprit du livre!

      Les auteurs soulignent que quand l'environnement de classe est favorable aux discussions (respect, ouverture, écoute...), cette manière de faire peut favoriser l'estime de soi des élèves, leurs habiletés à coopérer entre eux et à communiquer. Ton commentaire le prouve!

      Merci,
      M-Eve

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...