CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

jeudi 15 novembre 2012

Les bulletins

Ce soir, j'ai le soulagement d'avoir terminé mes bulletins. J'aurais pu dire que j'ai le sentiment du devoir accompli, ce qui est vrai, mais je me sens surtout soulagée...
 
Faire des bulletins, pour moi, c'est une tâche immense. Immense parce que c'est long à faire, mais surtout parce que c'est très important pour moi que mon jugement rende justice à chacun de mes élèves. Prendre le temps de revenir sur tout ce qu'on a vu pendant l'étape, revoir les travaux des élèves, analyser ce que chacun donne, finalement, trancher et noter l'élève en ne laissant absolument  rien au hasard. Noter l'élève est en fait nécessaire pour les documents officiels ainsi que pour informer les parents aux yeux de notre système d'éducation. D'où l'importance de le faire consciencieusement. Noter fait partie de l'évaluation de manière formelle, mais dans ma vision et dans ma pratique, je fais la distinction entre évaluer et noter. Pour moi, faire les bulletins, c'est surtout faire le point et réfléchir à la manière dont je m'y prendrai pour continuer à faire cheminer chacun de mes élèves. D'une certaine manière, c'est un peu une forme d'auto-évaluation pour l'enseignante que je suis quand je note la vingtaine d'humains avec lesquels je travaille et que je tente de faire cheminer.
 
Les derniers moments avant les bulletins sont remplis de stress. Comme enseignante, je me mets la pression de faire toutes les évaluations dont j'ai besoin pour noter les élèves. Comme enseignante, je mets de la pression aux élèves afin qu'ils performent... Quelle aberration! Augmenter le niveau de pression fera-t-il réellement en sorte que les élèves performent mieux? Je n'y crois absolument pas, mais je dois arriver dans les temps prévus et je dois parfois augmenter la cadence du groupe. Comme enseignante, je me soucie de la réaction des parents devant les notes de leur enfant dans les cas où ça diffère des notes précédentes. Je me questionne aussi quant à la qualité de mon enseignement quand je vois les notes moins impressionnantes de certains élèves. Je me questionne sur la quantité de matière que j'ai vue durant l'étape et sur la manière dont la suite se dessinera.
 
Je me sens soulagée d'avoir terminé mes bulletins, car je pourrai revenir à mon enseignement et à mon évaluation, maintenant que la notation est terminée pour un bout de temps. Oui, j'évalue tous les jours, mais je note 3 fois par année scolaire. Maintenant que je reviens à mon enseignement, je pourrai sentir que je peux plus me permettre de respecter les rythmes d'apprentissage et les besoins de mes élèves.
 
Oh, que c'est odieux... Je viens d'affirmer que les bulletins peuvent, en quelque sorte, manquer de respect à l'élève... Bien, c'est un peu l'impression que j'ai quand je tranche mon jugement de manière officielle après seulement 46 jours d'école. Surtout que les premiers mois d'école ne tournent pas en priorité autour de la pédagogie en raison de la période d'adaptation nécessaire au fonctionnement d'un groupe-classe en début d'année.
 
Comme enseignante, je place ma gestion de classe, j'installe toutes les procédures et je demande à mes élèves de s'adapter à la couleur d'enseignante qui m'est propre. J'apprends à connaître mes élèves sous toutes leurs coutures. Je prends le temps de les connaître en tant qu'humains et en tant qu'élèves; d'analyser leurs besoins, leurs forces, leurs intérêts, leurs affinités, leurs dynamiques leurs particularités, leur bagage. On parle souvent du premier mois qui sert à cette adaptation. Au bout de ces 46 premiers jours d'école (deux mois), j'ai l'impression que je ne fais que commencer à voir comment je peux m'ajuster à leurs besoins, enseigner et différencier. Bang! Je dois produire des notes qui suivront l'élève toute l'année... Je dois déjà, après autour d'un mois de pédagogie qui ne fait plus partie de la période d'adaptation que représente la rentrée scolaire, classer mes élèves...
 
Ce soir, je suis soulagée d'avoir terminé mes bulletins, car depuis presque trois semaines, je travaille à avoir tous les éléments en main pour rendre justice à chacun de mes élèves en leur permettant de me montrer le meilleur d'eux-mêmes. Depuis presque trois semaines, j'ai la préoccupation constante de faire en sorte de réussir à porter le jugement le plus consciencieux possible pour chacune des compétences, des disciplines, au bulletin et ce, pour chacune de mes belles faces d'élèves. Maintenant que j'ai l'impression d'y être arrivée, je respire!

6 commentaires:

  1. Que je partage ton sentiement à propos des bulletins!

    Certes, nous évaluons tous les jours, tous nos élèves ou presque. Nous les conaissons bien et tentons de les amener vers leur meilleur.

    Mais il est vrai qu'après une 40aine de jours en classe, je trouve cela précipité pour produire un bulletin. J'ai, moi aussi, l'impression de véritablement enseigner que depuis près d'un mois... et d'enfin prendre un rythme de croisière qui nous sied tous -ou à peu près...-

    À quand le jour où nous nous questionnerons véritablement sur la nécessité d'évaluer avec papier et crayons? Le rêve? J'ose espérer qu'un jour nos réflexions tendront vers une évaluation plus "ouverte" et qui metttront enfin l'élève véritablement au centre de ses apprentissages...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, j'ai l'impression que les dernières années nous ont fait reculer à ce niveau. Avec l'avènement de la réforme, l'évaluation prenait un sens beaucoup plus centré sur l'élève que ce que les bulletins chiffré et unique nous obligent à produire... Je pense que le milieu a possiblement été mal préparé à la réforme et que les changements vers l'arrière, à mon avis, sont venus au moment où nous commencions à nous sentir plus à l'aise et où l'évaluation commençait véritablement à tourner autour de l'élève dans la pratique...

      J'ai parfois l'impression que ce bulletin unique sert aussi à classer les élèves: très fort, fort, moyen-fort, moyen, moyen-faible, faible, poche, très poche...
      Quand j'ai lu dans les yeux de certains élèves la déception et la crainte de voir leurs parents décus de leur moyenne disciplinaire pas asez élevée à leur goût en comparaison avec la moyenne de groupe, malgré leur cheminement dans l'étape et leurs bonnes notes, j'ai un peu maudit ce système d'évaluation dans ma tête... Surtout après ces 46 jours d'étape où l'élève commence aussi à prendre un rythme de croisière intéressant!

      Éditorial, encore une fois... Merci de ton commentaire Zazou!
      M-Eve

      Supprimer
  2. Je suis tout à fait d'accord avec toi. Ce bulletin chiffré nous a fait reculer d'un énorme pas. Les vieux réflexes sont revenus hantés le milieu (parents et même certains enseignants).

    Qu'à cela ne tienne, je reste persuadée qu'il est essentiel de poursuivre dans cette direction malgré les commentaires des parents qui s'inquiètent que leur enfant soit "sous la moyenne" (si on peut considérer que c'est une moyenne au sens propre du terme)...

    À bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les valeurs profondes... Elles caractérisent l'enseignante que nous sommes et les élèves n'en sont pas pénalisés, c'est ce qui compte le plus!

      M-Eve

      Supprimer
  3. Je suis convaincue comme toi de tout ce que tu dis... mes élèves sont en plus en très grande difficulté et en échec depuis des années, alors "noter" me semble une aberration, d'autant que les évaluations ne sont pas évaluées de la même façon d'un élève à un autre, et qu'en plus des notes, on doit évaluer en fonction de compétences (bien plus intéressant d'ailleurs). Résultat ? J'ai parfois un élève avec un 12/20 qui n'a validé aucune des compétences évaluées mais grappillé des points de ci de là, et un autre avec un 8/20 qui a validé une ou deux compétences... j'en arrive à ne pas noter, mais c'est une obligation administrative hélas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui!!! Tellement révélateur!

      En fait, c'est une preuve supplémentaire qu'on peut faire dire ce qu'on veut aux chiffres!

      Merci de ton commentaire!
      M-Eve

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...