CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

samedi 8 juin 2013

Enseigner et faire apprendre: distinction!

Dans son ouvrage portant sur l'enseignement de l'écriture, Nadon m'avait interpellée quand il avait fait la distinction entre évaluer et noter les élèves. Il insistait sur le fait que quand on évalue, on porte un regard sur la compétence et le rendement de l'élève dans l'optique d'ajuster son enseignement pour le faire avancer. Quand on note l'élève, on "quantifie" son rendement de manière à le classer... À mon tour de faire une distinction. Celle entre enseigner et faire apprendre!

En cette fin d'année scolaire, l'heure est au bilan. Ce fameux bilan réflexif de mon propre rendement dans ma classe est teinté par les épreuves ministérielles qui se vivent relativement difficilement dans ma classe. La tâche de mathématiques tourne autour de principaux concepts que nous avons vus, couverts et travaillés à la troisième étape. J'ai réellement passé plusieurs semaines à enseigner ces concepts! Je reconnais que dans la pression de l'approche de la fin de l'année scolaire, du désir d'avoir couvert tout le programme, de la gestion des compétences versus les connaissances, de l'insécurité de mes élèves et de leurs parents face à la fin du primaire et le saut vers le secondaire, mes pratiques pédagogiques en mathématiques se sont modifiées... J'ai enseigné! Personne ne peut me reprocher le contraire! Mais de quelle manière mes élèves ont-ils appris?

Le principe fondateur des ouvrages mathématiques que je qualifie de "ma bible" est d'aller ancrer les concepts mathématiques chez les élèves. J'en suis encore à approfondir les manières de le faire et j'ajouterai que je le fais en changeant de niveau scolaire d'année en année puisque je suis encore contractuelle, alors je tente de me pardonner le temps qu'il me faut pour réellement cheminer. Mais quand j'approfondis un concept mathématique dans ma classe de manière à l'ancrer à long terme dans les cerveaux de mes élèves, il arrive que ça demande du temps. Cela a un impact majeur sur la planification à long terme qui me permettait d'arriver à la fin de l'année en ayant fait le tour de ce que prescrit la progression des apprentissages. J'ai donc fait des choix et ancré plus soigneusement certains concepts que d'autres... J'ai ancré plus soigneusement les concepts que je considérais "préalables" à d'autres. Cependant, je reste avec un arrière-goût de "j'aurais aimé faire plus ou mieux"...

J'ai enseigné! Mes élèves ont appris! Mes élèves m'ont montré qu'ils étaient capables d'appliquer les concepts enseignés! Mais est-ce que mes élèves ont ancré ces connaissances de manière à réellement les utiliser dans un contexte de compétence? La réponse est que certains plus que d'autres... Mais que plusieurs ont dû dépoussiérer ces concepts dans leur mémoire parce qu'ils étaient conscients que je les avais enseignés, mais que c'était loin pour eux... Donc, ce n'était pas réellement ancré de manière stable dans leur cerveau!

Je n'en suis pas du tout à mes premières expériences dans la profession enseignante. J'ai quelques années d'enseignement dans le nez, et dans toutes sortes de contextes! Mais ma conclusion à cette réflexion est que c'est "l'expérience qui rentre". Mes convictions continuent à se forger et à se fortifier avec le vécu professionnel qui s'ajoute chaque année. Je crois, plus fermement que jamais, que mon travail est d'enseigner, oui, mais surtout de faire apprendre mes élèves!!!

Maintenant, il faut continuer à apprendre à concilier les besoins des élèves et les attentes du ministère qui délimite ce que les enseignants doivent faire apprendre à leurs élèves dans le temps donné d'une année scolaire!

2 commentaires:

  1. Oui, toujours difficile de concilier ce que l'on pense être le mieux pour 1 élève, et ce que l'institution veut pour tous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ptitejulie,

      Je comprends ton point, mais dans mon article, je pensais plutôt à des besoins plus généralisés dans la classe.

      Pour l'élève en difficulté, on différencie, on lui donne du soutien, on passe du temps avec lui ou elle en rattrapage... Mais on continue l'enseignement de groupe.

      Quand, de manière plus générale ou marquée certains concepts ont moins bien été ancrés, que ce soit par le passé ou dans le présent de notre enseignement, comme enseignants, je pense qu'il faut s'ajuster à nos élèves. Dans ce contexte, il arrive donc de devoir passer plus de temps, en groupe-classe, que prévu à ce que les élèves apprennent et donc rebalancer par après la gestion de notre enseignement pour concilier les besoins des élèves et ce que prescrit le programme...

      Merci pour ton commentaire, il est apprécié!
      M-Eve

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...