CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

samedi 14 septembre 2013

Prendre une stagiaire pour s'en occuper!

L'an dernier, j'ai tenté l'expérience d'accueillir une stagiaire dans ma classe. J'ai tellement aimé cette réalité professionnelle, que je récidive avec plaisir! Comme on dit; l'essayer, c'est l'adopter!
 
Prendre une stagiaire sous son aile est en fait une responsabilité professionnelle. Je pense qu'il faut garder en tête que notre responsabilité de mentor est d'accompagner l'étudiant(e) dans son propre cheminement pour se trouver personnellement dans la profession. Je ne vise pas à avoir une deuxième moi dans la classe, mais à aider une autre enseignante à se développer et à se définir dans la profession. Plus la session avance, plus elle prend de la confiance et de l'autonomie, mais je dois continuer à être présente en fonction de ses besoins.
 
Les moments de présence en classe de ma stagiaire sont un plus pour mes élèves, car nous sommes deux adultes dans la classe qui peuvent répondre à leurs besoins. Cependant, si ces moments peuvent m'alléger quand la stagiaire est capable de prendre des responsabilités dans la classe, c'est en fait une illusion... Comme titulaire de mes élèves, JE suis responsable de ce qu'ils vivent, y compris les prises en charge et les interventions de ma stagiaire.
 
Comment j'aime assurer son suivi:
  1. Rétroaction fréquente et rigoureuse directement liée aux compétences professionnelles. Chaque semaine, je prends quelques minutes pour rédiger une rétroaction écrite que j'envoie à ma stagiaire. Je prends le temps d'inscrire toutes mes observations en lien avec chacune des compétences professionnelles. Cela oriente à la fois mon évaluation, ma compréhension de ce qui est attendu de ma stagiaire ainsi que mes interventions auprès d'elle pour favoriser son cheminement. D'après les deux stagiaires avec lesquelles j'ai travaillé jusqu'à maintenant, cette habitude les aide énormément tant à mieux comprendre les compétences professionnelles, que ce qui est attendu d'elles. Aussi, elles ont une référence concrète sur laquelle s'appuyer et faire leurs propres démarches d'apprentissage. Surtout, cela assure la transparence entre elle et moi, ainsi que des traces écrites en cas de pépin...
  2. Évaluation formative directement liée aux attentes déclinées par l'université. Dans le cahier d'observation que l'université fournit aux enseignants-associés, chacune des compétences évaluées sont déclinées en observations concrètes attendues à la fin de chacun des stages. Ce sont en quelque sorte des objectifs réalistes à atteindre en fin de stage. J'aime bien, à quelques reprises pendant le stage, lire AVEC ma stagiaire tous ces objectifs. Armée d'un surligneur, je surligne avec elle ce que je pense que ma stagiaire a acquis. Ainsi, elle sait ce qu'elle fait bien, comprend ce qui l'attend. Je fais cet exercice AVEC elle afin de prendre la peine de lui expliquer et en faisant des liens avec des exemples concrets vécus en classe les raisons pour lesquelles je pense que c'est acquis ou encore à travailler. La dernière fois que je fais cet exercice, c'est pour décider de la note officielle que je pense adéquate pour ma stagiaire.
  3. Questionnement sur tout ce que propose la stagiaire. D'emblée, en début de stage, j'explique que je remettrai beaucoup en question ses idées et propositions. Le but n'est pas de la déstabiliser et de la rendre insécure, mais plutôt de l'aider à définir dans sa tête ses actions, choix pédagogiques et interventions dans la classe. Quand je la questionne avant, c'est pour l'aider à mieux avoir pensé à toutes les éventualités ainsi qu'à toutes les portées pédagogiques possibles lors d'une activité. Quand je la questionne après, c'est pour l'aider à faire le pont entre la théorie et son vécu sur le terrain. Je pense ainsi l'aider à développer sa capacité d'analyse réflexive.
  4. Me rendre disponible pour ma stagiaire. Si ma réalité personnelle ou professionnelle ne me permettent pas de donner du temps à ma stagiaire, je pense qu'il est plus sage de passer mon tour pour la session en cours. Que ce soit par courriel ou encore par téléphone, je pense qu'il est important que ma stagiaire puisse me questionner ou encore valider certaines de ses démarches entre ses présences hebdomadaires dans la classe.
 
D'une certaine manière, une stagiaire peut être une étudiante de plus dans la classe. Je pense qu'il faut le voir ainsi si on veut réellement jouer un rôle constructif pour elle.
 
Cependant, il ne faut pas négliger tout ce que cette étudiante supplémentaire peut m'apporter professionnellement à moi, enseignante plus chevronnée... Et oui, ici, j'affirme être compétente! Si je n'avais pas la conviction d'être une enseignante compétente, je ne me proposerais pas comme mentor! Ma compétence ne m'empêche pas de vouloir continuer à apprendre dans différents contextes, dont celui d'enseignante-associée!

2 commentaires:

  1. Comme tu l'as dit: "L'essayer, c'est l'adopter." J'ai hâte de retrouver une stabilité professionnelle afin de pouvoir accueillir de nouveau une stagiaire dans ma classe...

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...