CLICK HERE FOR FREE BLOGGER TEMPLATES, LINK BUTTONS AND MORE! »

Voici ma couleur d'enseignante

Ce blogue démontre ma couleur d'enseignante. Je partage ici ce qui me colle à la peau. Votre couleur est tout aussi pertinente! À vous de prendre ce que vous considérez comme inspirant et de laisser ce qui ne vous ressemble pas.

vendredi 20 septembre 2013

Troisième semaine d'implantation des 5 au quotidien

J'ai commencé à témoigner de ma manière d'implanter le français au quotidien dans ma classe de 5e-6e. Je continuerai ce témoignage jusqu'à ce que ça tourne rondement dans ma classe. Vous pouvez donc, si ça vous intéresse, suivre ce que je vis dans la rubrique "5 au quotidien" du blogue.
 
Évidemment, quand on suit nos élèves et qu'on enseigne en fonction de ce qu'on observe de leurs besoins, nos planifications s'ajustent en conséquence... La semaine dernière, j'écrivais que je prévoyais commencer mes lectures interactives en lien avec l'interprétation. Mes élèves m'ont amenée ailleurs.
 
J'avais aussi écrit que j'amorcerais l'atelier de révision et correction et que je travaillerais à faire des entretiens en lecture. Ces deux aspects ont effectivement fait partie de ma semaine!
 
Entretiens en lecture:  Mes élèves sont franchement autonomes dans leurs ateliers. J'ai donc pu voir de un à deux élèves en entretien par jour. Ils voient bien que l'entretien ne fait pas si mal. Ils disent être moins habitués à devoir lire à haute voix à leur âge, mais ils passent rapidement par dessus! *J'en profite pour enseigner en individuel lors de mes entretiens en lecture.
 
Implantation de la révision et correction: Je mise énormément sur le contenu des textes écrits lors de la première étape. J'ai donc d'abord insisté sur la révision quand j'ai amené cet atelier. Comme c'est le troisième atelier faisant partie du français au quotidien, il sont devenus autonomes très rapidement! J'ai donc déjà pu permettre aux élèves de choisir l'ordre des ateliers, y compris ce dernier.
 
J'ai aussi commencé à faire des entretiens en écriture. J'ai donc demandé à 3 élèves par jour de me faire lire leur texte, fini ou pas! Je n'ai pas tout corrigé, mais j'ai lu et j'ai commenté. J'ai annoté les points forts du texte et j'ai mentionné l'aspect sur lequel je veux que chacun focalise lors de sa correction.
 
J'ai commencé à aborder certaines notions d'orthographe, parfois en individuel en entretien et parfois en groupe-classe.
 
Mini-leçons d'écriture: En lisant les textes de mes élèves, j'en ai profité pour reprendre leurs productions en leçon. Je lisais au groupe le texte ou encore un extrait pour illustrer une attente. J'ai fait l'exercice tant en contexte d'exemple que de contre-exemple. Un élève a particulièrement détaillé la description psychologique du personnage de son écrit. J'ai adoré citer son texte en exemple! Une autre a choisi un sujet pertinent et toutes ses idées étaient intéressantes, mais son texte très peu organisé. Avec beaucoup d'humour, je l'ai amenée, en groupe-classe (eh oui!), à voir qu'en lisant son écrit, on s'y perd! Je suis allée jusqu'à mentionner que j'ai eu l'impression qu'elle avait pris toutes ses idées très pertinentes et intéressantes, qu'elle les avait placées dans un sac pour les mélanger avant de les mettre sur papier. Je vous rassure, elle riait et ne semblait pas du tout se sentir humiliée. Au contraire, elle savait comment améliorer son texte. Elle s'est armée de ces ciseaux, de son bâton de colle et a entrepris de découper son texte pour "jouer au casse-tête" et remettre ses phrases dans un ordre plus organisé.
 
Utilisation de la littérature pour enseigner l'écriture: Une des premières leçons de l'année concerne la qualité des écrits. J'ai amené la métaphore "mettre de la viande autour de l'os" pour illustrer cette attente. J'ai demandé aux élèves s'ils aimaient les côtes levées. Ils ont tous répondu que oui! Nous avons imaginé la situation où ils sont au restaurant et où leur assiette de côtes levées ne satisfait pas leur appétit, parce qu'il y avait finalement plus d'os que de viande... Quelle déception! C'est la même chose quand on lit un texte et que les idées sont peu développées. On reste sur notre appétit!
 
Cependant, plusieurs de mes élèves, pour détailler leurs idées et écrire des textes plus longs et complets, ont eu tendance à énumérer différents éléments de leur histoire. J'ai donc voulu leur faire voir la différence entre dire et faire sentir! J'ai utilisé le livre-cd de Dominique Demers (illustré par Stéphane Poulin et publié aux éditions Dominique et compagnie) Vieux Thomas et la petite fée. Évidemment, j'ai fait exprès d'utiliser le livre disque qui, en plus des illustrations pour appuyer le texte, la musique d'ambiance derrière la voix et l'intonation de Dominique Demers rendent l'histoire particulièrement touchante. Ils ont donc "senti" l'histoire. Nous avons donc observé comment l'auteure s'y était prise pour y arriver. Disons que c'est immensément plus riche que si elle avait simplement énuméré les différentes étapes de son histoire... "Il était une fois un vieux grincheux qui trouva une petite fée. Il en prit soin. Un jour, un chien vint attaquer la fillette. Thomas tenta de la défendre. Il lui sauva la vie, jusqu'à y laisser la sienne." On ne sent rien dans une énumération de d'événements alors que l'œuvre de Demers est réellement une perle d'intensité!
 
Pour la semaine prochaine: Je projette d'être en mesure de placer l'atelier de lecture à deux. Je le ferai en mettant d'abord l'emphase sur la fluidité et l'exactitude. Les élèves pourront donc s'aider à ce niveau. En même temps, je demanderai aux élèves de travailler le rappel à la fin d'une lecture. En les obligeant à se parler de ce qu'ils viennent de lire, j'aborderai l'importance de la compréhension ainsi qu'une pointe d'interprétation de l'histoire. Cette année, j'aimerais pousser mes ateliers de lecture à deux vers certaines stratégies de cercle de lecture pour aller plus loin vers la discussion autour du livre et l'appréciation.
 
Je compte aussi continuer mes entretiens en lecture, mais cette fois en utilisant la trousse GB+. Ainsi, mes élèves auront été évalués avec l'outil qu'est le continuum en lecture ainsi que la trousse d'analyse de méprises.
 
Possiblement que je réussirai, cette fois, à travailler en lecture interactive!
 
Je veux aussi commencer à travailler plus sérieusement l'orthographe. J'ajouterai donc de l'étude de mots à savoir écrire en leçons, parce que ces mots auront été abordés et travaillés en classe. Il est à noter que je travaille par constance orthographique pour comprendre la logique de l'orthographe.
 
Bonne semaine!


6 commentaires:

  1. J'adore lire la mise en place de tes 5 au quotidien. Tes élèves sont bien encadrés et «évalués» de différentes manières. Tout est bien pensé et bien calculé. C'est super!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wow, quel commentaire!!

      J'apprécie que tu mentionnes que mes élèves sont bien encadrés et "évalués" parce qu'une des raisons qui empêche parfois des enseignants de migrer vers des pratiques pédagogiques moins traditionnelles est le fait qu'on cueille nos traces autrement et que nos observations sont parfois dirigées de manières plus subjectives. Ton commentaire fera possiblement réfléchir des gens qui se questionneraient quant à la pertinence au niveau évaluation!

      C'est bien vrai que c'est bien pensé et calculé et j'apprécie, encore une fois, que tu le soulignes. La raison en est fort simple: C'est pensé et calculé, mais c'est aussi relativement improvisé... Mes leçons en écriture sont improvisées au moment où je lis des textes d'élèves que je considère pertinents de reprendre en leçon. Tu comprendras aussi que j'ai énormément de difficulté à me coller à une planification globale trop serrée. Alors le fait que tu décrives cette façon d'adapter mon enseignement au fur et à mesure comme "bien encadré, bien pensé et bien calculé" me rassure dans ma conviction!

      Merci!
      M-Eve

      Supprimer
  2. Tout pareil comme Zazou, c'est super enrichissant de lire ce compte-rendu !

    RépondreSupprimer
  3. bonsoir,
    Je découvre avec beaucoup d'intérêt votre blog. Cela me conforte dans mon évolution, et je vois que j'ai encore beaucoup de chemin à parcourir.
    Je ne connais pas par contre le fonctionnement de l'école au Québec. A quel âge correspondent la 5è et 6ème année ?
    Merci et continuez à partager ...
    Cath 44

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cath44,

      Merci pour le commentaire et les encouragements, c'est apprécié!

      En 5-6, les élèves ont autour de 10-11 ans.

      M-Eve

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...